Questions de genre

Le REFDAF met au premier plan les relations sociales de genre que les hommes et les femmes nouent et sont obligé(e)s de tisser dans tous les domaines pour construire ensemble leurs futurs. Il insiste pour que des changements équitables soient opérés par chacune des parties pour l’équité et la justice sociale en vue de l’égalité à terme entre les sexes. Tous les programmes du REFDAF visent et s’inscrivent dans cette perspective.

Le REFDAF travaille pour l’émergence de femmes leaders dans tous les domaines : économique, social, politique, civique, culturel, universitaire. A travers cette rubrique seront explorées les questions suivantes : à quelles difficultés se heurtent les femmes pour accéder à ces domaines ? Quelles sont les atouts dont elles disposent ? Comment peuvent–elles être actives dans ces domaines sur la base de leurs spécificités avec un accès égal aux résultats ? En quoi innovent-elles dans leurs pratiques ? Au-delà des moyens d’accès, des entraves, quel est le degré de participation réelle et de réussite des femmes ?

Des études de cas ayant pour objet de dégager des questions pertinentes pour analyser le contenu et les termes réels de l’avancement des femmes dans la société voire de leur "empowerment", y seront proposées. Par les formations planifiées dans son Programme National, le REFDAF entend hisser les femmes au niveau requis leur permettant d’assumer pleinemeLe REFDAF met au premier plan les relations sociales de genre que les hommes et les femmes nouent et sont obligé(e)s de tisser dans tous les domaines pour construire ensemble leurs futurs. Il insiste pour que des changements équitables soient opérés par chacune des parties pour l’équité et la justice sociale en vue de l’égalité à terme entre les sexes. Tous les programmes du REFDAF visent et s’inscrivent dans cette perspective.nt leur rôle de citoyenne dans la société.

Cette tribune est destinée en outre à préparer les femmes à jouer un rôle de leaders sociales : qu’elles soient à même d’intervenir dans toutes les instances ; pour capaciter les femmes à mener des activités d’interpellation et par leur mobilisation, saisir les autorités locales, régionales, étatiques, pour leur demander des comptes (imputabilité) et/ou les intéresser à la solution de leurs problèmes, de ceux du quartier, du village, etc.

Encourager les femmes à jouer leurs rôles dans les groupes mixtes où leurs capacités sont très souvent inhibées (Associations sportives et culturelles, associations de quartiers, de villages, d’usines ou d’écoles, etc.) afin qu’elles puissent influencer les politiques pour une bonne prise en charge de leurs préoccupations spécifiques, de ceux des enfants mais aussi de toute la communauté.

Toutes les activités concourent au fur et à mesure de leur déploiement à bâtir un leadership de la société partagé entre les hommes et les femmes, pour un nouveau contrat social de genre dans toutes les sphères de la vie publique, mais aussi privée.

Montrer l’actualité qui corrobore la réussite (économique, sociale etc.)des femmes, celle qui corrobore l’échec et/ ou l’exclusion, en mettant en exergue pourquoi il y a eu succès, pourquoi il y a eu échec, quels ont été les atouts, quels ont été les manques et dégager des perspectives.

Mettre en valeur des exemples de femmes qui se sont distinguées dans un domaine particulier et pouvant booster l’émergence d’une masse critique de femmes leaderes, dans le secteur.