La cité des Femmes

Le REFDAF fait de l’accès des femmes au logement, à la propriété foncière l’une de ses plus grandes priorités. Nous nous sommes positionnées dès le départ en faveur de l’accès des femmes au patrimoine bâti. La plupart d’entre elles habitent dans des maisons qui ne leur appartiennent pas et souhaitent accéder au patrimoine bâti et bénéficier de conditions décentes d’habitat afin de pouvoir assurer l’éducation et l’avenir de leurs enfants.

Pour la concrétisation de ce désir fort et légitime qui s’intègre dans toutes les perspectives de développement humain, les femmes membres de la Section d’Habitat du REFDAF ont ouvert un compte bancaire auprès de la Banque de l’Habitat (B.H.S.) depuis janvier 2003 et ont déjà épargné, malgré leurs faibles revenus plus de Soixante quatorze Millions de F.CFA (74.000.000 F.CFA).

Ces femmes sont des ménagères, des vendeuses "au détail", des commerçantes... Malgré la faiblesse de leurs revenus et la précarité de leurs conditions de vie, mues par cette aspiration légitime, elles ont mobilisé et épargné des fonds en alimentant de façon plus ou moins régulière le compte d’épargne ouvert à cet effet, avec l’espoir d’améliorer dans un jour pas très lointain, les conditions d’habitat et de vie de leurs familles et de contribuer à bâtir un meilleur avenir pour leurs enfants.

Les autres membres du REFDAF situées dans les dix régions du Sénégal nous interpellent pour une Cité des femmes dans leur région. Le REFDAF compte les organiser et les appuyer pour ce faire.

  • En octobre 2003, afin de nous aider à donner une visibilité à ce projet, Alejandra Riera, une cinéaste est venue de Paris en compagnie de Doina Petrescu, architecte pour tourner un film documentaire sur ce projet en collaboration avec les femmes du Refdaf et la coordinatrice Madjiguène Cissé. Ce film d’une durée d’une heure et demie réalisé par Alejandra Riera s’intitule "Cité des femmes, Images de chantiers en cours, paroles de celles, ceux qui construisent".
  • En novembre-décembre 2004, des professeures et étudiant(e)s de la Faculté d’ Architecture de de l’Université de Sheffield en Grande Bretagne ont séjourné à Dakar pour organiser avec les femmes et les membres de leurs familles un atelier de construction dans l’optique de leurs enseigner les techniques de construction.
  • Une émission de radio d’une heure « Cadre de vie », sur Envie-FM, de même qu’une émission de télé d’une heure « Jigéén ak Diamano » animée par Madame Aïssatou Sarr avaient à l’époque rendu compte de cet évènement qui avait été abrité par le Centre CAEDAS de Grand-Yoff dont le groupement des femmes est membre du REFDAF.

Les femmes du REFDAF, après d’énormes sacrifices ont pu obtenir 100 parcelles à Keur Massar, en décembre 2006. Les autres membres continuent d’épargner sur le compte commun ouvert à la BHS (Banque de l’habitat du Sénégal). Par l’acquisition de ces premières parcelles le REFDAF entre dans la phase concrète de son projet et nous prévoyons de construire nous et nos enfants, accompagnées par des spécialistes du Sénégal et de l’étranger une Cité écologique, où nous pourrons utiliser, tester et au besoin améliorer les matériaux locaux, les énergies renouvelables, le traitement de l’eau...

Le REFDAF, a pu aussi, grâce aux cotisations de ses membres et au soutien de personnes amies acheter sur le même site une grande parcelle de 300 m2 constituant son premier patrimoine commun qui va abriter une crèche et un centre social pour les femmes.

Le Projet Cité des femmes va encourager une démarche participative et responsabilisante par l’auto-construction, en formant lors des travaux et à toutes les étapes du processus des femmes aux différents métiers de la construction.